I NEED A GANGSTA, TO LOVE ME BETTER

© Raphaëlle Mueller

I NEED A GANGSTA, TO LOVE ME BETTER

installation performative de NAGI GIANNI avec MAYA ROCHAT, NINA NANA, YOTTA BAKA, CHIENNE DE GARDE, TIAGO GIGON
/ performance créé lors de la carte blanche homonyme @ TOPIC GENÈVE

07.03.2018

FR

Suite à SPLENDID, la performance I Need a Gangsta, to Love Me Better est une nouvelle proposition qui réunit des artistes et performeurs autour de figures mythifiées de gangsters dans une installation qui croise espace d’exposition et laboratoire performatif. 

C'est une rencontre entre personnages queer, qui souvent préfèrent les masques aux visages, qui s'entrainent avec un katana dans leur cour d'immeuble, qui postent des photos de leur tatouages et rasoirs, qui portent des combinaisons de motard sans avoir de moto, qui jouent aux pin-ups dans une vitrine de galerie, qui prennent une image pour la réalité et se prennent eux-mêmes pour une image.

Je n'ai toujours rien à faire ici, mais j'ai tout un théâtre ici, et j'aime la jouer, et tout est fou, et moi aussi, film life hope, et ce n'est pas à propos de moi, je ne peux pas. Attends, et c'est si tentant... budget, glorieux passage ! Et je pense que quand ça arrivera, quand ça arrivera...

L.K. / automatic fb tranlsation ru-fr

EN

Following SPLENDID, the performance I Need a Gangsta, to Love Me Better is a new proposal that brings together artists and performers around mythical figures of gangsters in an installation that crosses exhibition space and performative laboratory.

It is an encounter between queer characters, who often prefer masks to faces, who train with a katana in their building courtyard, who post pictures of their tattoos and razors, who wear biker suits without having a motorcycle, who play pin-ups in a gallery showcase, who take an image for reality and take themselves for an image.

 

video-shots: Mandine Knoepfel